Précisions sur l’affaire Proxidentaire

27 Sep

Précisions sur l’affaire Proxidentaire

Communiqué de presse : Chevigny-Saint-Sauveur, le 27/09/2021

Précisions sur l’affaire Proxidentaire

L’affaire Proxidentaire suscite un vif intérêt de la part des médias et de l’opinion publique. De nombreux éléments ont été avancés par les différents parties sans qu’ils soient vrais ou exactes. Nous voulions, via cet article, exposer un point de vu global sur cette affaire.

 

Pas de solution

Le premier constat, après presque 4 mois de fermeture, est que l’administration n’a proposé aucune solution concrète aux patients de Proxidentaire.

Les libéraux de Côte d’Or refusent les ex patient Proxidentaire.

Les centres dentaires de Chevigny et Belfort ont été fermés mais à ce jour il est très complexe pour les patients de ces zones d’obtenir un RDV chez un dentiste.

En consultant Doctolib on se rend compte que :

  • Vous ne pouvez pas avoir un RDV avant le 9 décembre 2021 à Dijon.
  • Vous ne pouvez pas avoir un RDV avant le 1 décembre 2021 à Belfort.

Aucune structure en Bourgogne Franche Comté n’assure les urgences dentaires sans RDV.

Soit plus de deux mois d’attente.

Il apparaît, dans notre région, qu’il est très compliqué de bénéficier de soins dentaires, l’ARS a pourtant fermé deux centres dentaires flambants neufs qui assuraient un service de RDV rapides et d’urgences dentaires sans RDV unique dans la région.

Pas de preuves

Les centres dentaires ont été fermé sur la simple base de présomptions de l’administration suite à une dénonciation d’une Ex salariée, le Dr Farah AYADI : 

Les procédures légales n’ont pas été respectés, certaines parties ont outrepassé leurs fonctions et l’unique but de cette opération administrative coordonnée était d’ébranler financièrement et structurellement l’association Proxidentaire.

De présumés faits ont été communiqués aux médias comme des vérités alors qu’il s’agissait de simples présomptions qui à ce jour ne sont toujours pas démontrées.

Les dirigeants de Proxidentaire ont été présenté aux médias comme coupables sans le moindre respect du principe de présomption innocence et les premières investigations démontrent que l’administration a mal appréhendé cette affaire.

Sans que le parquet ai la moindre preuve, 720 000 € ont été saisis sur les comptes de Proxidentaire par le tribunal judiciaire de Dijon, sans respect des principes légaux de proportionnalité.

 

Absence de responsabilité

De plus tous les griefs présumés faits à l’association par l’administration sont adressés aux médecins salariés de Proxidentaire et non à l’association ou a ses dirigeants.

En France, la législation impose, à tout les établissements de santé le principe d’indépendance des médecins. Notre association ne peut donc en aucun cas imposer des protocoles médicaux aux médecins salariés. Ils sont responsables à titre personnel de tous des soins dentaires qu’ils dispensent.

Si des erreurs médicales ont eu lieu, ce qui reste à prouver, elles demeurent de la responsabilité personnelle des médecins salariés, et le Président du Conseil de l’Ordre est compétent pour déterminer la responsabilité médicale du médecin mis en cause.

Mauvaise foi de l’administration

L’ARS joue la montre. L’agence a prit la décision de fermeture des centres dentaires en 2 jours, cependant pour la ré-ouverture ou la fermeture définitive, aucune décision n’est prise dans des délais acceptables. L’administration prend tout son temps dans le seul but d’asphyxier financièrement notre association et de nous empêcher d’exercer notre activité.

Nous l’avons prouvé, rien n’empêche la ré-ouverture des centres dentaires Proxidentaire à part une décision de l’ARS. Une décision positive pourrait permettre à plus de 800 patients d’obtenir la pose de leur prothèses dentaires qu’ils attendent depuis plusieurs mois.

Un huissier de justice à constaté que les prothèses avaient été fabriqués et étaient actuellement disponibles.

De plus la CPAM 21 a été condamnée le 20/09/2021 par le Tribunal de Dijon à payer à titre de provision la somme de 51 500 € à Proxidentaire. A ce jour, aucun paiement n’a été fait ! Le déblocage de ces fonds permettrait le paiement des salaires des salariés !

 

Nous rappelons que notre association est ouverte à la tenue d’une table ronde avec la CPAM 21 et l’ARS.

Faible mobilisation du collectif :

Un collectif a été créé, frauduleusement, par des ex salariés suite à la fermetures du centre dentaire de Chevigny en juin. Le caractère frauduleux de ce collectif était dénoncé dernièrement par notre association dans un communiqué.

En parallèle deux événements étaient organisés ce week end. Moins de 10 prétendues victimes étaient présentes aux événements et il semblerait que les fondateurs du mouvement : le Dr Farah AYADI et son mari Nabil BEN SOLTANE aient décidé, dans un aveux de culpabilité, de ne pas venir aux événements et de quitter le collectif suite aux dénonciations de conflit d’intérêt faites par notre association.

La faible mobilisation démontre qu’il n’y pas de problème Proxidentaire et que toute cette affaire a été inventé dans la seule optique de nuire à Proxidentaire.

Il est nécessaire de rappeler que Proxidentaire a traité plus de 12 000 patients. Moins de 10 ex patients étaient présent à la manifestation contre Proxidentaire, soit un total de moins de 0,1% des patients Proxidentaire.

 

Une question se pose : quelle est la légitimité d’un collectif de « victimes » créer par des ex salariés véreux et qui représente moins de 0,1% de la patientèle Proxidentaire ?

 

Politisation de l’affaire

Plus étonnant, il apparaît que l’objectif principal du collectif, crée on le rappel par une ex salariée dentiste de Proxidentaire, est de faire pression sur le parlement pour changer la loi encadrant les centres de santé dentaires. Des lobbyistes de l’association la Dent Bleue, était d’ailleurs présents pour soutenir leur action devant les caméras de France 3 et M6 !

Le sujet de la continuité des soins semble très peu abordé. Pourtant les chirurgiens dentistes de Côte d’Or refusent de traiter les patients de Proxidentaire. Notre association apparaît comme la seule alternative à une sortie de crise et au traitement rapide des patients. L’ARS à le pouvoir immédiat d’autoriser la ré-ouverture du centre dentaire de Chevigny pour permettre la pose des prothèses dentaires qui ont été fabriqué et sont en attente de pose ; de quoi permettre à plus de 800 patients de finaliser les soins dentaires débutés avant la décision de fermeture !

Leave a Reply

Résoudre : *
7 × 5 =