Demande de dissolution du collectif

25 Sep

Demande de dissolution du collectif

Demande de dissolution du faux collectif

Notre Président l’a affirmé des le début de cette affaire : quand on veut tuer son chien on dit qu’il à la rage.

Ce matin le collectif des anciens patients de Proxidentaire a réalisé une action devant notre centre dentaire de Chevigny qui démontre la mauvaise fois de ce mouvement. Entre 5 et 10 ex-patients étaient présents, selon le moment, et la moitié des protagonistes étaient des personnes opérant en conflit d’intérêt dans ce mouvement.

Suite à cet événement, l’association Proxidentaire, demande la dissolution immédiate de ce collectif qui n’a pas été constitué pour défendre les ex patients mais pour servir les intérêts d’ex-salariés agissant avec la complicité du lobby dentaire.

Lorsque Proxidentaire publie un communiqué de presse comme quoi le collectif des anciens patients de Proxidentaire est manipulé par des personnes opérant en total conflit d’intérêt, les réseaux sociaux s’enflamment et de nombreux commentaires sont ajoutés pour affirmer que Proxidentaire diffame.

Proxidentaire n’a jamais écrit qu’il n’y avait pas de vrais patients de Proxidentaire dans le collectif, mais que le collectif a été crée par des ex-salariés impliqués personnellement par les accusations faites par l’administration.

Le fait que des ex-salariés impliqués soient à l’origine de ce mouvement démontre l’extrême mauvaise fois de ce collectif.

Il est simple de comprendre qu’il y a un réel conflit d’intérêt en consultant l’organigramme des administrateurs du collectif :

 

 

2/3 des membres fondateurs sont associés directement à des ex salariés de Proxidentaire. Lea CLUCHIER et le Dr Farah AYADI sont actuellement en procédure contentieuse contre Proxidentaire. La période d’essai de Lea CLUCHIER a été rompu par Proxidentaire car elle fumait des stupéfiants sur son lieu de travail. Le Dr Farah AYADI a lui abandonné son poste après avoir agressé un patient et étée mise à pied.

 

Ces personnes ne sont ni ex patients, ni « victimes » de Proxidentaire ! Il s’agit d’imposteurs qui tentent de manipuler l’opinion public pour  se venger de PROXIDENTAIRE. 

 

Le Dr Farah AYADI est à l’origine de plaintes et fausses dénonciations contre Proxidentaire ayant entraîné la mise en œuvre d’une enquête pénale. Les fonds de l’association Proxidentaire ont été saisis à titre préventif par l’administration pour plus de 720 000 € sur la simple base de son témoignage, alors qu’il n’y avait aucune preuve pour étayer sa plainte.

Extrait du rapport du tribunal de Dijon du 20/06/2021 (à propos du Dr Farah AYADI) :

 

Romuald AUBRUN, oncle de Lea CLUCHIER est utilisé par le collectif pour être porte parole dans la presse. Mr  Romuald AUBRUN laisse entendre que Proxidentaire est responsable de son édentement alors qu’il s’est fait arraché ses dents par le CHU de Dijon. Mr Romuald AUBRUN utilise aussi dans les médias un rapport de complaisance du Dr LAFONT à Dijon, qui comporte de nombreux éléments faux.

 

L’objectif de ce collectif n’est pas de défendre les intérêts des ex patients de Proxidentaire mais de porter atteinte à l’image de Proxidentaire pour essayer de justifier les mesures abusives de l’administration.

 

En effet, ce collectif travaille main dans la main avec le Conseil de l’Ordre des Chirurgiens-dentistes de Côte d’Or et pousse les ex patients à porter plainte contre Proxidentaire.

 

Pourtant, a ce jour, aucune preuve n’a été apportée pour justifier le fait que notre association aurait commis le moindre délit.

 

A ce jour, l’ensemble des griefs faits par les administrations demeurent actuellement de la responsabilité personnelle des chirurgiens dentistes salariés, mais ne sont fait en aucun cas à l’association Proxidentaire elle même. En effet, les fraudes, les mutilations et le non respect des règles d’hygiène, ne peuvent pas être réalisés par les gestionnaires qui n’interviennent pas dans la sphère médicale. En effet, la législation interdit aux gestionnaires d’aliéner l’indépendance des praticiens salariés.

 

Pourtant l’ensemble des actions du collectif et de l’administration sont orientées contre la direction de Proxidentaire car le collectif est manipulé par des ex dentistes salariés et il n’est pas dans son intérêt de faire la lumière sur les responsabilités personnelles des médecins.

 

Proxidentaire, pas plus que n’importe quel autre centre ou autre professionnel de la santé, ne peut donné 100 % de satisfaction à tous les patients. Proxidentaire a traité plus de 12 000 patients à Chevigny ; si des patients s’estiment victimes d’erreurs médicales, la procédure n’est pas de porter plainte contre Proxidentaire à la gendarmerie mais de mettre en œuvre une procédure contre le médecin dentiste responsable devant le conseil de l’Ordre. Tous les dentistes salariés de Proxidentaire ont une assurance responsabilité civile personnelle offrant une garantie de 15 000 000 d’euro. Si la responsabilité personnelle du dentiste est mise en cause, l’assurance indemnisera le patient.

Les membres du collectif conseil les ex-patients d’attaquer Proxidentaire au civile ou au pénal, pourtant, toute procédure civile contre Proxidentaire est vaine car il s’agira d’une procédure contre la mauvaise partie qui sera donc classée sans suite.

 

Nous demandons la dissolution immédiate de ce collectif qui opère en dissimulant son réel objectif.

 

Des plaintes contre les membres du collectif incluant de nombreuses preuves ont été adressées au Procureur de la République de Dijon.

La justice prendra bientôt le relais et nous espérons que les actions frauduleuses et diffamatoires de ce collectif seront bientôt stoppées.

Leave a Reply

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =